Home International Affaire Soro : son avocat très remonté, se lâche

Affaire Soro : son avocat très remonté, se lâche

Affaire Soro : son avocat très remonté, se lâche
Affaire Soro : son avocat très remonté, se lâche

Le mardi 28 avril 2020 le tribunal correctionnel d’Abidjan a condamné l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro à 20 ans de prison ferme et une amende de 4,5 milliards. L’audience boycottée par ses avocats, Maître Raoul Gohi Bi affirme que la décision rendue par le tribunal n’est pas étonnante.

L’ancien président de l’assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro a été frappé d’une peine d’emprisonnement de 20 ans le mardi 28 avril dernier pour « recel de détournement de deniers publics » et « blanchiment de capitaux » par le tribunal correctionnel d’Abidjan. Les avocats de la défense, dénonçant le non-respect de la décision de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), ont boycotté l’audience.

La décision de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples du mercredi 22 avril demandait à l’État ivoirien de «surseoir à l’exécution du mandat d’arrêt émis contre le député de Ferkessédougou et de remettre en liberté provisoire ses 19 partisans en détention préventive ». « 20 ans de prison; 4,5 milliards de FCFA d’amende et 2 milliards de FCFA de dommage et intérêt, la confiscation de la résidence, la privation des droits et l’émission d’un nouveau mandat d’arrêt », tel est le verdict issu du procès éclair du candidat à la présidentielle d’octobre 2020, Guillaume Soro, accusé de recel de détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux.

Lire aussi  Mali : le Chérif de Nioro lance un message fort au CNSP

Les faits qui sont reprochés à l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne sont rattachés à l’une de ses résidences à Marcory Résidentiel qu’il a acquise depuis plus de 13 années, lorsqu’il était premier ministre. Le procureur affirme que cette résidence a été achetée à 1,5 milliard de FCFA, avec l’argent de l’Etat. Les avocats de l’accusé ont boycotté le procès parce qu’ils ont dénoncé la procédure utilisée.

Le Me Raoul Gohi Bi a fait savoir : « Je ne m’attendais pas à autre chose qu’à une telle décision. Seulement, je pensais qu’elle serait un peu plus pudique parce que je la trouve hors proportion. Je m’attendais à une condamnation dès que le gouvernement a été le premier par la voix de son porte-parole à dire que les poursuites en cour ne seront nullement gelées contrairement à ce qu’ordonne l’arrêt, qu’elles vont suivre leur cour. Et qu’effectivement cette audience soit mise au rôle et tenue dans les 48 heures qui ont suivi ». Pour le Maître Affoussiata Bamba-Lamine, elle déclare que c’est une parodie. Sur sa page Facebook, elle a publié : « La parodie de procès et le verdict rendu par le Tribunal d’Abidjan sont l’expression d’une dictature en perte de vitesse. Cette farce n’enlève rien à notre détermination de faire barrage à cette autocratie, mue par une volonté du régime RHDP de s’éterniser au pouvoir ».

Après sa condamnation, le président de Générations et Peuples Solidaire (GPS), Guillaume Soro, maintient sa candidature à la présidentielle de 2020. Sur sa page Twitter, il déclare : « Je reste candidat à la présidentielle et je gagnerai. Je considère ce verdict comme un non-événement. Je maintiens ma candidature à la présidentielle ».

L’un des avocats de l’Etat ivoirien, Me Abdoulaye Ben Meïté s’en lave les mains. Pour lui, « on ne peut pas voir en ce procès une quelconque volonté politique ». Il précise que Guillaume Soro est poursuivi dans ce dossier avec des complices présumés, dont son directeur de protocole Souleymane Koné Kamaraté communément appelé Soul To Soul, mais l’ex-Premier ministre était jugé seul le mardi.

Lire aussi  États-Unis: Tara Reade appelle Joe Biden à se retirer de la présidentielle