HomeInsolitesCette église où on loue le Seigneur avec des boissons alcoolisées

Cette église où on loue le Seigneur avec des boissons alcoolisées

«J’ai couché avec mon bailleur pour payer les frais médicaux de mon mari»
«J’ai couché avec mon bailleur pour payer les frais médicaux de mon mari»

De nos jours, on voit des multitudes d’églises pousser à tout-va. Ça a du bon, car l’évangile est prêché partout. Mais d’un côté, ces églises, qui poussent comme des champignons, n’apparaissent pas seules. Elles apparaissent avec leurs lots de bizarreries. Comme cette église en Afrique du Sud.

En Afrique du Sud, il existe une église où on loue le Seigneur d’une drôle de façon. Et pour cause, cette louange ne se fait pas seulement avec des chants, louanges, et danses non !!! Vous qui le faites encore vous êtes encore en retard dans la révélation. Dans cette église, on loue le Seigneur avec de l’alcool. On le loue en sirotant quelques verres d’alcool (Margarita, whisky, mojito, pourquoi pas du quinto). Cette église porte le nom d’« église de Gabola ». Gabola est un mot qui veut dire « boire » en langue tswana. Cette église est née, il y a environ deux ans.

La consommation de l’alcool est autorisée dans cette église est pour permettre aux peuples de pouvoir capter les mystères divin plus facilement. L’alcool permet donc de pouvoir atteindre le spirituel. Alors que ce soit du vin, de la bière ou du scotch, peu importe, car, boire fait partie intégrale du culte. Cette église, tout comme tout autre, a souffert pendant la crise sanitaire de l’an passée.

Lire aussi  Ghana : l'effondrement d’une église fait 16 morts et plusieurs blessés

Les restrictions émises par les autorités du pays concernant le rassemblement dans les lieux de cultes ne l’a pas épargné. Alors, comme solution, l’église a essayé de tenir ses cultes habituels dans les bars locaux, qu’on appelle dans le jargon courant « shebeens », pour louer Dieu tout en buvant du whisky. Mais elle s’est vite heurtée à une autre restriction. Celle qui interdisait tout rassemblement ayant pour but d’user de l’alcool.

Ainsi, lors de ces rassemblements, les fidèles furent rapidement arrêtés, comme l’expliquait son « pape » autoproclamé, Tsietsi Makiti, âgé 55 ans. Malgré tout, cette église a lutté face à ces persécutions dont les membres faisaient l’objet. Dans cette lutte, ils furent encouragés par le « pape » Makiti. Ce « pape », accoutré comme tout autre évêque, à un détail près : une bouteille miniature de spiritueux est accrochée à sa mitre, affirmait : « Ils peuvent nous arrêter jusqu’à ce que Jésus revienne ».

Que doit faire une église dans ce genre de situation ? Obéir aux autorités dans les limites de la bible. Alors, ils ont essayé d’éviter des accrochages répétitifs avec les autorités, en déplaçant le culte d’un lieu à un autre.

Lire aussi  Un pasteur filmé "descendant du ciel" dans son église (Vidéo)

Se réunissant un dimanche, dans un champ à Evaton, au sud de Johannesburg, ils ont élevé le seigneur comme ils savent le faire. Toutefois, dès le commencement du culte, le pape a béni des bouteilles de bière, avant que les fidèles du Seigneur s’en abreuvent.

« À l’église de Gabola, chacun vient avec sa boisson préférée, et le pasteur invoque une bénédiction pour qu’elle ne soit pas toxique pour le corps », prêchait l’évêque. Lorsqu’on demande à un des fidèles ce qu’il en pense, on obtient une réponse claire et nette.

« Les gens me traitent d’ivrogne », s’exprimait une des fidèles, âgée de 38 ans et membre de l’église depuis quelques mois. « Je suis d’accord avec eux. Je fais le travail de Dieu tout en buvant ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here