Home Economie Réforme FCFA : le président béninois est « allé trop loin » selon Abdoul...

Réforme FCFA : le président béninois est « allé trop loin » selon Abdoul Mbaye

« retrait des réserves de change du franc CFA »; le président béninois est «allé trop loin » selon Abdoul Mbaye
« retrait des réserves de change du franc CFA »; le président béninois est «allé trop loin » selon Abdoul Mbaye

Le jeudi 07 novembre 2019, le président béninois Patrice Talon a laissé entendre au cours d’un entretien accordé à France 24 et RFI, que le « retrait des réserves de change du franc CFA » ne saurait tarder. Une déclaration qui a suscité pas mal de réactions. Tel est le cas par exemple de l’ancien premier ministre sénégalais, Abdoul Mbaye, qui trouve que le président Béninois est « allé trop loin »

Le chef d’État béninois Patrice Talon a accordé un entretien exclusif à France 24 et RFI le jeudi 07 novembre 2019 au cours duquel, il a fait une déclaration assez piquante qui a suscité pas mal de réactions. En effet, lors de son interview, face à Marc Perelman de France 24 et Christophe Boisbouvier de RFI, l’actuel locataire de la marina a affirmé sans réserve que le « retrait des réserves de change du franc CFA » ne saurait tarder. Il poursuit en soutenant que la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) qui bat monnaie actuellement pour les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) va « gérer la totalité des réserves de devises et va les répartir auprès des diverses banques centrales partenaires dans le monde»

Et pour conclure, le chef d’État béninois ajoute que « nous sommes tous d’accord là-dessus, à l’unanimité, pour mettre fin à ce modèle. »

Ces propos du président Patrice Talon semblent être difficile à digérer pour l’ancien ministre sénégalais qui trouve que le numéro 1 béninois à simplement dépassé les limites.

M. Abdoul Mbaye lors de son passage sur RFI, indique que grande a été sa surprise d’entendre cette déclaration du chef d’État Patrice Talon, vu que cela correspond à une réforme majeure du FCFA, puisque retirer la réserve de la Banque centrale auprès du trésor français revient à dire, remettre en question des dispositifs de garantie en place pour assurer la convertibilité du FCFA en cas d’absence de réserve de la banque centrale, a-t-il notifié. Pour lui, le président Patrice Talon a outrepassé les limites avec sa déclaration : « Je pense également qu’il aurait dû attendre, disons, une décision unanime de la conférence des chefs de l’État de l’UEMOA. Il faut pouvoir céder ce qui peut l’être, il ne faut pas qu’on jette le bébé avec de l’eau de bain parce que des personnes qui ne comprennent pas toujours les enjeux et même les mécanismes qui nous lient à la France, exigent des réformes », indique-t-il.