Home Economie « C’est le ministre Wadagni et son gouvernement qui vont comprendre leur...

« C’est le ministre Wadagni et son gouvernement qui vont comprendre leur philosophie », Candide Azannaï

Coronavirus: selon le parti de Candide Azannaï, les mesures sociales prises sont obsolètes et inadéquates
Coronavirus: selon le parti de Candide Azannaï, les mesures sociales prises sont obsolètes et inadéquates

Après la sortie du ministre béninois de l’Économie et des finances, Romuald Wadagni, qui disait préconiser un endettement intelligent plutôt que l’annulation des dettes, le président du parti Restaurer l’Espoir, Candide Azannaï dit ne pas comprendre la philosophie du ministre et son gouvernement.

Alors que le président français, Emmanuel Macron déclarait il y a quelques jours, après le pape François qui voulait que les pays riches annulent la dette des pays pauvres, que la France va annuler toutes les dettes des pays africains, le Ministre béninois de l’Économie et des finances, ne voit pas cette mesure comme salvatrice pour aider les pays africains à surmonter la crise.

A l’en croire, « la remise de dette aux pays africains n’est pas la solution ». Romuald Wadagni va quant à lui, proposer un endettement conséquent, une option qui ne serait pas du goût du président du parti Restaurer l’Espoir (RE), Candide Azannaï, qui estime que le Bénin n’est point éligible à des dettes extérieurs et qu’il s’agit juste d’une fuite en avant pour sur endetter le pays. « C’est le ministre Wadagni et son gouvernement qui vont comprendre leur philosophie. Moi, je n’ai rien compris de ce qu’ils sont en train de dire », a laissé entendre l’ancien ministre de la Défense.

Lire aussi  Romuald Wadagni: « il faut se servir des crises comme des opportunités pour rebondir en faisant les choses différemment »

Se basant sur ses propos, le gouvernement serait allé au FMI pour demander de l’argent de Covid et ils ont tapé au guichet élargi de crédit ; guichet au niveau duquel le quota du Bénin est déjà très avancé, a-t-il indiqué. Selon Candide Azannaï, le discours tenu par le ministre Wadagni visant le rejet de la suppression de dette, « est une rhétorique des gens habitués à l’endettement, une rhétorique de gens qui ne savent pas ce que le poids de l’endettement a sur les générations futures ».

A l’en croire, le pays s’est déjà surendetté et n’est plus éligible pour des dettes. « Si nous prenons la région, la zone UEMOA, affirme-t-il, je vous dis qu’au service de la dette, il y a deux pays qui ont un dette très lourde qui dépasse les 50%. Pour des raisons données, je ne veux pas dire le second pays, mais le Bénin fait partie de ces deux pays dont le service de la dette crève déjà et frôle 60% pour le cas du Bénin », déclare Candide.

Lire aussi  Romuald Wadagni : « je n’ai jamais une fois reçu des instructions du chef de l'État pour faire des faveurs à une personnalité »

Il faut dire que Candide Azannaï, président du parti Restaurer l’Espoir, ne comprend pas l’attitude du gouvernement qui rejette la suppression de dette. « Eux, ils ne veulent pas la remise ou l’effacement. Ils veulent que ces dettes soient là et ils vont prendre de nouvelles dettes. Mais n’étant pas éligibles à de nouvelles dettes, ils veulent prendre par le groupe des banques et structures affilées aux institutions de Bretton Woods et des institutions partenaires pour qu’eux aillent prendre la dette à taux presque zéro » , s’est-il désolé ajoutant que cette posture du gouvernement va nous conduire à une « super accumulation de dettes ».